Red dragon, un shônen entre aventures et Histoire

(actualisé le ) par S Féranec

Une fois n’est pas coutume, les éditions Glénat nous proposent un manga historique à fort potentiel en aventures : Red dragon de Masahiro Ikeno. Cette série compte actuellement quatre volumes au Japon.

Après une guerre de plusieurs siècles (du Ve au IIIe s av. JC), la Dynastie Qin a unifié les sept royaumes en 221 av JC. Mais cette Empire est au bord de la crise avant de nouveaux troubles, la guerre de Chu-Han.
Sur une route, un convoi à destination de la ville de Xianyang est arrêté par un homme, Lu Wan. Son acte est considéré comme un acte de rébellion envers l’Empereur lui-même. Celui-ci met en fuite tous les soldats en abattant le capitaine et faisant croire que les bandits sont plus nombreux qu’ils ne sont en vérité. Le stratagème de Liu Bang a parfaitement fonctionné. Ils amènent donc la nourriture à un village dont les habitants n’arrivent plus à survivre. En effet, les récoltes servent en grande partie à payer les taxes et les jeunes ont été mobilisés dans l’armée.
A la ville de Pei, le gouverneur est furieux d’avoir vu encore une cargaison détournée par des bandits. Il est interrompu par Dong Yi qui arrive dans le district pour réaffirmer et rétablir l’autorité du premier Empereur Qin. Le village devient sa cible pour avoir prêté assistance aux voleurs. Si Lu Wan décide immédiatement de venir en aide aux villageois, Liu Bang préfère s’enfuir estimant ne pas être de taille face à l’armée régulière.

Le manga Red Dragon possède vraiment tous les éléments pour devenir une série phare chez Glénat. En effet, l’aspect historique n’est vraiment pas dénué d’intérêt. Elle raconte la guerre de Chu-Han qui se déroule entre 206 et 202 av JC. Elle s’achève avec la proclamation de Liu Bang, un des deux héros de la série, comme Empereur. Cette partie historique ne perd jamais le lecteur dans sa découverte du manga. Les cartes qui jalonnent l’histoire permettent de toujours se situer géographiquement dans ce conflit.
Evidemment, dans un shônen, il ne s’agit pas de la partie principale de la série qui s’appuie essentiellement sur les aventures et les scènes d’action. C’est un des points forts du manga grâce à des dessins apportant énormément de dynamisme. Les combats sont présentés avec une mise en scène et un découpage très efficaces et agréables.
Enfin, le mangaka réussit à donner un vrai charisme aux deux personnages principaux. En effet, ces derniers possèdent des tempéraments différents voire opposés qui s’équilibrent parfaitement. D’un côté, Lu Wan symbolise la fougue, le combattant défendant le faible alors que l’autre, Liu Bang est beaucoup plus réfléchi, il s’annonce comme un grand stratège. La confiance de l’un pour l’autre est évidente, formant un duo soudé ayant les mêmes ambitions.
En définitive, Red dragon est un manga à suivre. Grâce à des dessins dynamiques, on savoure un scénario empreint d’aventure et d’Histoire.

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez découvrir les premières pages de la série.