Isabella Bird à la découverte du Japon de la fin de l’ère Meiji

(actualisé le ) par S Féranec

Dans sa nouvelle collection Kizuna, les éditions Ki-oon nous proposent après Reine d’Egypte, un titre très prometteur, Isabella Bird, femme exploratrice. Ce personnage historique britannique est considéré comme une des premières femmes à voyager à travers le monde. (Plus d’informations ici) Cette série est dessinée par Taiga Sassa dont c’est le premier manga publié. Elle compte actuellement trois volumes au Japon.

Le lundi 20 mai 1878, Isabella Bird débarque à Yokohama. Elle est très vite enchantée par ce qui l’entoure mais la barrière de la langue empêche tout échange avec les locaux. Elle fait appel à James Hepburn, un des doyens au Japon, pour l’aider à trouver un interprète. Il la connaît pour avoir lu ses récits de voyage dans les Rocheuses ou sur l’archipel d’Hawaï. Mais, la recherche d’un guide ne va pas s’avérer si facile, tous les candidats ont une connaissance très approximative de la langue anglaise ou ne sont pas prêts pour le périple qu’elle souhaite accomplir. Heureusement, elle croise Tsurukichi Ito qui s’avère le compagnon idéal pour ce voyage même s’il n’apporte aucune lettre de recommandation de ses employeurs précédents. Elle le met à l’épreuve en lui demandant de la guider à travers les rues de de Yokohama. Elle finit par lui proposer de l’accompagner dans son périlleux voyage jusqu’à l’île d’Ezo.

Le manga Isabelle Bird, femme exploratrice, apparaît comme un titre non-clivant qui pourra plaire à tous les lecteurs. Il ne s’adresse pas à un public désigné mais à tous ceux qui souhaitent en apprendre plus sur l’histoire du Japon. En effet, le voyage de l’exploratrice se situe à un moment historique intéressant, onze ans après le début de l’ère Meiji. Il s’agit d’une période d’intenses changements pour le pays avec l’ouverture aux étrangers. Isabella Bird a plusieurs fois l’occasion d’en croiser pour découvrir leur absence d’ouverture d’esprit et la supériorité qui se dégage de leur comportement.
Au contraire, ce personnage historique apparaît comme une véritable héroïne de roman. Sa force de caractère est sa qualité première, elle ne recule devant aucune difficulté malgré ce voyage qui ne cesse de la mettre à l’épreuve. Elle conserve sa bonne humeur en toute situation. Elle apprécie de découvrir la culture japonaise, restant ouverte à des pratiques qui parfois la choque et vont à l’encontre de son éducation anglaise. Pourtant, elle ne juge pas les japonais qui ne cessent de l’observer et reste ouverte à toutes les expériences. Loin des convenances anglaises, Isabella Bird est un un personnage féminin fort rappelant Arte ou encore les héroïnes de Bride stories jusqu’au style de dessin très proche.
En définitive, ce nouveau titre de la collection Kizuna transcrit parfaitement le voyage de l’exploratrice pour présenter à sa sœur (et au lecteur en même temps) ses découvertes d’un Japon en pleine mutation. Un périple que l’on a bien envie de suivre grâce à ce manga.

Les éditions Ki-Oon nous proposent une bande annonce et les premières pages de ce titre.