Hana no Breath ou le shôjo à la française

par S Féranec

Peu adepte des bandes dessinées françaises d’inspiration manga, je me suis laissé séduire par la courte série (deux tomes sont prévus), Hana no Breath de Caly. Ce titre a d’abord eu droit, sur le site web des éditions H2T, à une prépublication qui est toujours en cours avec dix chapitres parus avant une publication en volume.

Azami, une lycéenne, ne comprend pas l’attirance de ses amies pour les manga racontant des amours entre hommes (le yaoi). Cela n’a, selon elle, aucun intérêt. En effet, elle est amoureuse de Gwen qui possède toutes les qualités : mignon, bon élève et doué pour la basket. Inquiète de ne pas le voir à la sortie des vestiaires, elle découvre stupéfaite que Gwen est en réalité une fille. Furieuse, elle lui avoue son amour pour elle. Après plusieurs jours, elle décide d’arrêter de fuir et d’aller lui parler. Elle découvre alors les raisons (qu’elle trouve idiotes) qui ont poussé Gwen à devenir un garçon. Alors qu’elle pense que cet amour est sans espoir, Gwen lui explique que tout cela est réciproque, elle aussi est amoureuse.

Le shôjo Hana no Breath réussit son pari de parler d’un sujet difficile, les amours homosexuels, avec beaucoup de tendresse et de douceur. Les dessins apportent tout cela grâce à un trait très simple qui se marie parfaitement avec l’ambiance de ce titre. L’absence des décors n’est en rien un défaut car l’auteur s’intéresse à ses personnages qui sont le centre de son intrigue. Pour les moments humoristiques, elle n’hésite pas à déformer ses héroïnes grâce à un dessin très mignon qui permet souvent de diminuer la tension de certaines scènes.
Dans ce titre, l’auteur ne perd pas son temps pour savoir si les deux adolescentes vont finir par se mettre en couple. Cela permet de s’intéresser plus rapidement à leurs difficultés : la réaction de leurs parents, le regard des autres, le questionnement intérieur…
Enfin, le portrait de ces adolescentes est construit avec beaucoup de justesse. Azami ne renie pas son amour quand elle découvre la vérité sur Gwen même si elle se pensait attirer par les garçons. Elle apparaît comme extrêmement mature pour une lycéenne même si la jalousie n’est jamais très loin. Ainsi, le personnage de Judith, dont on ne sait pas très bien le but, apporte cet élément perturbateur nécessaire dans le couple qui doit lui permettre de grandir.
En définitive, Hana no Breath surprend très agréablement dans la publication de shôjo manga abordant un thème sérieux avec tendresse et humour. On attend maintenant avec impatience la fin de cette série.
Sur le site de H2T, vous pouvez lire le premier chapitre gratuitement et découvrir une sympathique bande-annonce qui devraient vous séduire.