Centaures ou la lutte pour la liberté

par S Féranec

Centaures est la première œuvre de Ryo Sumiyoshi publiée chez Glénat. Elle compte actuellement deux volumes qui forment un premier arc, sachant que cinq sont prévus au Japon

Depuis longtemps, les centaures aident les humains par leur savoir et leur force. Mais, ces derniers ont décidé de les utiliser comme de simples armes durant les guerres qu’ils mènent.
Pour sauver son fils Gonta qui est poursuivi par des hommes, Matsukaze n’hésite pas à se sacrifier. Il est capturé grâce à l’aide d’un autre centaure qui sert de monture à un humain. Ligoté, il refuse de se laisser vendre à un chef de guerre mais rien n’y fait, il ne peut se libérer. C’est alors que Kohibari, le centaure qui a permis sa capture, lui propose son assistance s’il l’emmène avec lui. Ce dernier a été amputé de ses deux bras et a donc besoin de Matsukaze. Cela fait des années qu’il attend quelqu’un comme lui car tous les autres ont accepté leur condition. Le jour de la présentation des centaures qui seront vendus, Hayame, une centaure née en captivité, dévoile son incroyable talent d’archer. Puis c’est au tour de Kohibari, déjà promis à un seigneur, car il est considéré comme le plus rapide. La nuit venue, les deux centaures mettent le feu aux bâtiments avant de s’enfuir.

Centaures réussit sans problème à nous convaincre après les deux premiers tomes. La série nous plonge dans un univers de légende à travers cette figure mythologique. L’auteur a créé une typologie intéressante suivant le lieu où ils vivent, en plaine ou à la montagne. Ce sont des êtres pacifiques vivant dans des villages à l’abri des humains. En effet, à travers l’histoire des centaures, le mangaka dénonce tous les types d’esclaves. Ainsi les hommes n’hésitent pas à utiliser ce peuple pour ses propres besoins comme une simple marchandise, outil ou arme. En cela, l’histoire de Kohibari apparaît comme très émouvante. Capturé à l’âge de 6 ans, il a vu son village détruit. Amputé des deux bras pour le rendre totalement dépendant des humains, il se trouve le jouet des hommes qui sont prêts à payer très cher pour leur plaisir. A côté de ces centaures ivres de liberté, Hayame apparaît comme une traître, aidant les humains de son plein gré à chasser ses frères. Le deuxième tome la montre sous un nouveau jour, une fois qu’elle a rejoint Matsukaze dans le but de le livrer à son seigneur.
Ensuite, cette série propose des dessins d’une très grande qualité. Les planches sont extrêmement fouillées voire parfois surchargées. Ainsi, la fureur du héros est parfaitement dévoilée, sa force et sa puissance sont retranscrites de façon remarquable. De plus, les scènes d’action qui sont nombreuses montrent des traits vifs et dynamiques entraînant le lecteur au coeur même de celle-ci. Pourtant, l’auteur n’hésite pas à apporter un ton plus léger et humoristique grâce à des graphismes déformés et mignons, notamment avec Kohibari.

Après les deux premiers tomes qui forment un arc complet bouleversant, on est pressé de découvrir la suite de ce manga abordant la question de l’esclavage à travers un univers de fantasy et de légende.

Voici les premières pages de ce manga.