The promised Neverland, le shônen à ne pas rater !

(actualisé le ) par S Féranec

Voici sans aucun doute le shônen le plus attendu de l’année 2018, précédé par une excellente réputation. Mais qu’en est-il réellement de The promised Neverland ? Le titre est dû à l’association de Kaiu Shirai au scénario et Posuka Demizu au dessin. Pour ce premier tome, les éditions Kaze proposent une jaquette réversible avec une illustration de Benjamin Lacombe. Cette bonne initiative est à retrouver sur d’autres titres comme Black Clover (avec Patrick Sobral, Les Légendaires) et Platinum End (avec Yslaire).

A l’orphelinat Grace Field House, la vie est belle pour Emma, jeune fille de 11 ans et les 38 enfants qui y vivent. Les plus grands s’occupent des plus petits dans la bonne humeur sous la surveillance bienveillante de leur « maman ». Ils forment tous une belle famille : bien nourris, vivant dans des conditions très agréables. Chaque jour, ils passent des tests déterminants pour leur avenir. Emma, Ray et Norman les réussissent avec le score parfait. L’après-midi est consacré aux jeux où Norman prouve ses qualités de fin stratège. La seule condition est de ne pas passer de l’autre côté de la barrière qui sépare le bois. Mais, les enfants ne peuvent rester éternellement à l’orphelinat. Ce jour-là, c’est le tour de Conny. En découvrant qu’elle a oublié son lapin en peluche, Emma et Norman désobéissent et se rendent au portail où ils découvrent Conny morte dans un camion. En fait, des démons sont venus chercher de la nourriture car l’orphelinat n’est qu’un élevage placé sous l’autorité de Maman. Les enfants n’ont plus qu’un objectif : fuir pour échapper au terrible sort qui les attend.

The promised Neverland est le manga qui va réveiller le shônen comme l’avait avant lui un titre comme Death note. Une des grandes réussites du titre est sans aucun doute à l’ambiance. En effet, tout commence dans la joie et la bonne humeur avec des dessins très ronds qui accentue la surprise du lecteur. Puis, une fois la découverte de la vérité, l’atmosphère change totalement, l’horreur de la situation sautent aux yeux des enfants qui se rendent compte de tous les détails qui auraient pu les informer : grilles aux fenêtres, interdiction de passer la barrière…
L’analogie avec le manga Death note revient à plusieurs moments dans l’histoire. En effet, une véritable partie d’échecs va commencer entre Emma et Norman (comme entre L et Light), vite rejoints par Ray, contre Maman. Celle-ci sait que des enfants ont découverts la vérité. Chacun va tenter de ne pas montrer ce qu’il sait et de jouer la comédie pour ne pas être repéré. De plus, à la moindre erreur, c’est la mort qui attend les enfants.
Le trio va avec une seule idée en tête : sauver l’ensemble des enfants de l’orphelinat tout en déjouant la surveillance de Maman. On attend avec impatience que ceux-ci sortent enfin pour découvrir le monde et ce qui s’y passe. On ne sait absolument pas comment il s’organise avec les démons.
En définitive, The promised Neverland sait nous surprendre dès le premier tome avec un certain brio ! On attend avec une grande impatience les futurs rebondissements et péripéties qui nous entraîneront à la découverte de ce sombre univers !

Retrouvez les premières pages du manga sur ce site dédié.