Kingdom ou le manga que tous les fans attendaient

par S Féranec

Depuis des années, les vrais fans de manga espéraient la traduction d’une série phare au Japon, Kingdom. Ils devaient se tourner vers le scantrad (traduction de manga en ligne) pour suivre cette série que les éditeurs hésitaient à publier en France du fait du nombre important de volumes déjà parus au Japon (51 tomes actuellement) et de son sujet, la Chine à l’époque des Royaumes combattants. A la surprise générale, les éditions Meian se sont lancées dans cette aventure et les premiers volumes sont très prometteurs !

En 245 av JC, dans le royaume de Qin, dans l’ouest de la Chine, Hyou et Shin s’entraînent au combat avec des épées en bois. Le premier remporte la victoire, c’est la 333e pour 332 défaites et 587 égalités. Le soir venu, ils doivent préparer le dîner pour le chef du hameau qui les nourrit et les loge. Mais, Shin se fait battre pour avoir été ingrat alors que l’homme s’occupe d’eux depuis dix ans. Un jour, un homme d’une grande famille arrête sa calèche pour venir leur parler impressionné par leur combativité. Face à leur enthousiasme à devenir de grands généraux et à être connus dans toute la Chine, il ne peut s’empêcher de rire. Les deux garçons le retrouvent chez le chef du village. En effet, il a une proposition : il veut racheter la liberté de Hyou pour l’emmener avec lui au palais royal mais sans Shin.

Les éditions Meian nous proposent une très belle édition pour ce titre tant attendu. Les jaquettes sont tout simplement magnifiques avec un papier de qualité, de belles couleurs et un effet doré pour le titre. Les pages en couleur en début de volume sont elles aussi bien présentes. Si le design des personnages, notamment leur visage, peut surprendre, on se laisse très vite entraîner par les aventures de Shin. Le dynamisme des planches nous pousse dans notre lecture. L’auteur utilise régulièrement la technique du flash back pour nous présenter les différents protagonistes qui sont nombreux.
Ensuite, le scénario qui se dévoile dans les premiers tomes lus s’annonce très prometteur. Ainsi, Shin veut atteindre l’objectif qu’il s’était fixé avec son ami. C’est alors parti pour de nombreux combats, d’abord pour sa survie, puis pour soutenir Sei, l’empereur légitime dont le frère a monté une rébellion pour prendre sa place.
Dans ce tableau, un seul point noir pour les CDI : chaque mois, deux tomes seront édités ce qui veut dire un budget de 13,50 € et presque 150 € pour l’année. Si cette stratégie s’explique dans l’optique de rattraper rapidement l’édition japonaise, cela va refroidir beaucoup de documentalistes disposant d’un petit budget. Une possibilité d’abonnement est prévue avec de jolis bonus comme des ex-libris et des coffrets de rangement.
En définitive, laissez-vous séduire par Kingdom, un manga mêlant aspect historique et grande aventure. On a du mal après la lecture des six premières à comprendre comment aucun éditeur ne s’était lancé dans l’édition de ce titre de très grande qualité ! Bravo aux éditions Meian !