Vous êtes ici : Accueil > Le manga au CDI > Nouveauté > Dragon Quest Emblem of Roto, de la dark fantasy ?
Publié : 23 janvier

Dragon Quest Emblem of Roto, de la dark fantasy ?

Dragon Quest appartient à ses manga possédant de nombreuses séries en parallèle aux jeux vidéo. Ainsi, en France, on a pu découvrir Dragon quest (aussi appelé Fly d’abord chez J’ai Lu puis chez Tonkam). Une nouvelle fois, on retrouve aux dessins Kamui Fujiwara qui revient après Emblem of Roto (publié chez Ki-Oon en 21 tomes). Pourtant, la série Les héritiers de l’Emblème, publié chez Mana books, s’annonce très différente de ce que l’on déjà lu.

Vingt ans après la victoire d’Arus, Alan et Aster contre le Dieu de la Terreur, le jour de l’extinction voit la fin de la magie dans ce monde. C’est le début d’une période de troubles qui débute.
Cinq ans plus tard, à Melchidor, une bande de brigands pénètre dans une ville fortifiée pour la piller. Aros fait pression sur une famille pour trouver les objets de valeur tout en empêchant la mort du père. A leur camp, ils font le tri dans les marchandises dérobées qu’ils ont de plus en plus de difficultés à revendre. Seule la Romalie qui enrôle de nouveaux soldats dans son armée ne prête pas attention à l’état de ces armes. Leur camp est alors attaqué par d’autres bandits. Aros pour se défendre tue par accident un des assaillants. Il en fait des cauchemars. Il ne sait plus ce qu’il lui est arrivé cinq plus tôt.

Cette nouvelle série Dragon Quest se différencie très nettement des autres par son atmosphère bien plus sombre qui se remarque dès la couverture.
Cet univers de fantasy reprend les bases de la série précédente, la replaçant dans la chronologie de Emblem of Roto. Il n’est pourtant pas nécessaire de l’avoir lu pour lire les Héritiers de l’Emblème. Dès les premières pages, le ton est donné avec la fin de la paix avec la disparition des sorts qui permettaient aux humains de se défendre.
Le héros Aros apparaît comme un anti-héros au début de l’histoire. Il appartient à une bande de brigands professionnels qui l’a recueilli cinq ans plus tôt. Pourtant, son chef sait bien qu’il n’a rien à faire parmi eux. Tuer un homme pour se défendre le traumatise. C’est alors qu’on découvre dans un très long flash back ce qu’il s’est passé le jour de la remise de son épée au prince d’Alefgard.
Pour conclure, cette nouvelle série de Dragon Quest apporte son lot d’originalité tout en conservant un univers complexe digne du meilleur de la fantasy. La quête d’Aros sera longue et ardue. En effet, au Japon, la série est toujours en cours avec le 31e volume qui vient de paraître.