Les 10 indispensables de 2016

(actualisé le ) par S Féranec

L’année 2016 a été riche en nouveautés. Si les genres du shônen et du shôjo ont parfois quelques difficultés à se renouveler, ce n’est pas le cas du seinen qui nous permet de découvrir des titres particulièrement originaux.

Sélection shônen

  • Black clover de Yûki Tabata chez Kazé (3 tomes en France et 9 au Japon)
    Manga issu du magazine de prépublication de la Shueisha, le Weekly shônen Jump, il réussit dès les premières pages à nous entraîner dans des aventures et de l’action. Reprenant le thème de la magie de Fairy Tail, il se démarque, tout en restant classique, grâce à son personnage principal au caractère bien trempé et aux pouvoirs étonnants. Une série sympathique qui apporte son lot de rebondissements.
  • Hinomaru sumo de Kawada chez Glénat (3 tomes en France et 12 au Japon)
    Parmi les nombreux manga dédiés au sport, ce titre apparaît original de par le sport choisi, le sumo ! Sport méconnu en France, ce manga réussit à nous y faire intéresser (comme l’avait fait en son époque Hikaru no go pour le jeu de go). On découvre donc les règles de cet art martial en suivant l’équipe d’un lycée menée par Hinomaru. Une très belle surprise que cette série aux dessins réussis !
  • One-punch man de One et Yusuke Murata chez Kurokawa (5 tomes en France et 12 au Japon)
    Certainement le titre le plus original et le plus attendu par les fans de manga en 2016, One-punch man traite le sujet très à la mode des super-héros avec beaucoup d’humour. Racontant les aventures de Saitama, un héros capable de vaincre ses ennemis d’un seul coup de poing, on ne se lasse jamais de cette lecture qui réussit à se renouveler sans cesse. De plus, les dessins de Murata, bien connu pour le manga Eye shield 21, nous plonge dans cet univers héroïque avec maestria !
    ou
  • My hero academia de Kôhei Horikoshi chez Ki-Oon (6 tomes en France et 11 au Japon)
    Abordant également le sujet des super-héros, cette série ne s’adresse pas au même public que One-punch man au lectorat plus âgé. Shônen plus classique, ce titre se débarque par son héros sans aucun pouvoir dans un monde où presque toute la population en possède. Il suit donc une formation à l’Académie des Héros après que All Might, le plus grand des héros, lui ait transmis le sien. Un manga qui plaira dans les collèges aux adeptes de One Piece et Fairy Tail.

Sélection Shôjo

  • Masked noise de Ryôko Fukuyama chez Glénat (4 tomes en France et 11 au Japon)
    Cette série sentimentale se démarque des shôjo habituels grâce à sa thématique, la musique. L’héroîne qui a perdu de vue ses deux meilleurs amis d’enfance, les retrouve à son entrée au lycée. Mais les retrouvailles ne sont pas aussi évidentes qu’elle l’aurait cru. Un très beau titre réussissant à mettre la musique en valeur grâce à des graphismes dynamiques !
  • Rouge éclipse de Shiki Kawabata chez Akata (série achevée en 3 tomes en France)
    Après Orange, lauréat 2016 pour la catégorie Shôjo, l’éditeur Akata nous propose une courte série mélangeant romance et fantastique. Cette fois, l’héroïne échange son corps avec une autre adolescente qui jalousait sa beauté et son histoire avec le garçon dont elle était elle-même amoureuse. Ce titre réussit à ce que le lecteur ne déteste aucun des personnages même l’adolescente responsable de ce changement. Les thèmes des apparences et de la personnalité sont au coeur du sujet. Un bon shôjo en somme !
  • Perfect world de RIe Aruga chez Akata (2 tomes en France et 4 au Japon)
    Ce titre est un shôjo particulièrement émouvant qui narre les retrouvailles de jeunes adultes. L’héroïne, amoureuse au lycée, découvre que celui-ci est maintenant en fauteuil roulant. Malgré les difficultés de la vie quotidienne et ses propres préjugés sur le handicap, elle ne recule pas et tente de Comme vous l’aurez compris, c’est notre regard sur le handicap qui est mis en cause. Un excellent titre, sans aucun doute le meilleur shôjo de l’année. A conseiller à partir de la 3e.

Sélection Seinen

  • Les enfants de la Baleine de Abi Umeda chez Glénat (5 tomes en France et 8 au Japon)
    Rappelant l’univers de Nausicaä de la vallée du vent de Hayao Miyazaki, cette série, plutôt sombre et violente, nous plonge dans un monde où des îles dérivent sur une mer de sable. La Baleine, une de ces îles, devient la cible d’autres nations. Derrière un scénario brillant, le mangaka nous fait découvrir peu à peu l’histoire de la Baleine et de ses habitants. Si la question écologique est au coeur de l’histoire, ce sont bien nos sociétés qui sont mises en questions. Une série très originale aux graphismes et notamment aux couvertures très artistiques !
  • Born to be on air de Hiroaki Samura chez Pika (1 tome en France et 3 au Japon)
    Pika nous propose la toute dernière série de l’auteur de L’habitant de l’infini. On est très loin du monde des samouraïs puisque l’auteur a choisi le thème de la radio. Minare, l’héroïne à la vie dissolue et au caractère entier se retrouve lancée à la tête d’un programme d’une radio. Mais le succès est encore loin. On découvre avec le personnage ce monde si méconnu et le fonctionnement de ce média. Une vraie réussite pour des lycéens !
  • Golden kamui de Satoru Noda chez Ki-Oon (3 tomes en France et 9 au Japon)
    Cette série a été récompensée à de multiples reprises au Japon et notamment lauréat du Manga Taishô 2016. Sugimoto, un ancien soldat durant la guerre ayant opposé Japonais et Russes au début du XXe siècle, recherche un fabuleux trésor sur l’île d’Hokkaido dont la carte a été tatouée sur les corps de criminels évadés d’une prison. Accompagné d’une jeune Ainou, ils partent à l’aventure dans une nature hostile. Ce manga marie habilement des dessins de haute qualité, un scénario aux multiples rebondissements et un aspect culturel passionnant. Un futur titre du Prix Manga Sensei à n’en pas douter !
  • Soul keeper de Tsutomu Takahashi chez Panini (4 tomes en France et 8 au Japon)
    Voici le nouveau titre de Takahashi, connu en France pour des séries comme Alive, Bakuon Rettô ou Sidooh (qui n’ont pas toujours reçu le succès escompté). L’auteur raconte l’histoire de Riyon, le fantôme d’une jeune fille qui se voit attribuer la surveillance d’un homme sur Terre, mais de pas n’importe qui, le Premier Ministre du Japon à qui il ne reste plus que 500 jours à vivre. Derrière son genre fantastique, le monde de la politique est mise à nu. Entre compromission et réforme impossible à mener se dévoile un Japon critiqué pour son absence d’évolution.