Nirvana ou comment renouveler le shônen manga

par S Féranec

La série Nirvana est l’oeuvre de Jin et Sayuki (un duo surnommé Zowls) pour le scénario et Sayuki pour les dessins. Elle est publiée par les éditions Doki Doki. Elle compte actuellement un seul tome en France paru le 8 février 2017 et deux au Japon.

Au Japon, pendant l’hiver 2016, Yachiyo Hitotose, élève de la classe de 3e – 2, est attendue sur l’estrade de la fête de son collège pour vanter ses mérites comme la plus bénévole. Ses camarades l’ont même surnommée la « nouvelle Mère Térésa ». Mais, elle est absence car elle aide Madame Mimi à déneiger son toit dont elle finit par tomber prouvant sa maladresse. Au collège, son professeur lui propose de participer à une mission à l’étranger, ce qu’elle accepte avec joie. Dans l’avion, elle repense à sa mère qui partait elle aussi dans des pays étrangers pour aider les gens. C’est alors qu’un réacteur de l’avion prend feu. L’appareil commence à chuter dangereusement, le crash semble inévitable.
Yachiyo se réveille alors dans une salle avec une merveilleuse fresque. Quand elle sort de la pièce, elle tombe sur Mal Bârah, un jeune homme de ménage. Il ne la croit pas quand elle lui indique qu’elle est arrivée par cette porte. En effet, il s’agit de la chambre de la déesse Sakuya. Heureusement, son frère Âj, chef du Thirmaina, répare immédiatement son erreur et la reconnaît aussitôt comme la réincarnation de la déesse dans le Gurgrah.

Nirvana apparaît comme un shônen vraiment surprenant. Derrière une couverture qui semble assez classique pour cette catégorie de manga, le lecteur ne cesse d’être surpris.
Tout d’abord, les scénaristes ont choisi Yachiyo, une adolescente comme héroïne de cette série ce qui est plutôt une rareté dans les manga pour adolescents. Les filles y jouent souvent des rôles secondaires, il suffit de lire les grands classiques du shônen comme Naruto, One Piece ou Fairy tail pour s’en rendre compte. De plus, son caractère sur Terre la montre comme déjà différente de ses camarades du collège qui se moquent d’elle en la surnommant la nouvelle Mère Térésa. Pourtant, c’est de bon coeur qu’elle aide les autres comme pour poursuivre l’oeuvre de sa mère dont on comprend très vite qu’elle est décédée. Arrivée dans le Gurgrah, face aux ennemis qui vont rapidement apparaître, elle va devoir faire preuve d’une grande bravoure.
Ensuite, elle va s’entourer d’alliés qui vont lui transmettre leurs pouvoirs et lui prêter leur force. En effet, face aux Bura qui attaquent les êtres humains, la déesse a réparti ses pouvoirs entre les douze signes liés au zodiaque chinois (sanglier, singe…). C’est évidemment le cas de Mal qui va rapidement changer d’avis sur Yachiyo qu’il va servir et accompagner dans ses aventures.
Enfin, les constantes disputes de celui-ci avec apportent une touche d’humour pour dédramatiser les nombreuses morts de l’histoire. Ainsi, il ne faut pas oublier la mort de l’héroïne, même s’il ne s’agit que d’un passage vers un autre monde. Ensuite, le frère de Mal tombe lui aussi face aux ennemis qui détruisent la ville et tuent ses habitants. De plus, de multiples gags liés à la maladresse de Yachiyo ajoutent une touche humoristique au manga, notamment quand elle aide à débarrasser le banquet et tombe dans une fosse à purin…
En définitive, Nirvana mérite amplement sa place dans les CDI particulièrement dans ceux des collèges. Une série à suivre !