To your eternity : déjà le manga de l’année ?

par S Féranec

Yoshitoki Oima, ce nom vous dit certainement quelque chose. En effet, il s’agit de l’auteur de A silent voice, série récompensée à de multiples reprises au Japon et en France et notamment lauréat du 7e prix Manga Sensei. Dire que le nouveau titre du mangaka était attendu est un bel euphémisme. Ainsi, To your eternity a la lourde charge de succéder à ce manga ayant trouvé sa place dans les CDI de collège comme de lycée. Pika a tout d’abord publié ce titre en version numérique avant une édition plus classique en volume en avril 2017.

Au commencement, une main, celle du narrateur (un Dieu ?), lance une sphère sur une Terre, appelée Il. Le pouvoir de ce dernier est de se métamorphoser et de prendre la forme de toute chose. A son arrivée, Il choisit de se transformer en pierre puis après un certain temps, d’évoluer en un loup agonisant. Il reproduit même la blessure de l’animal mais il possède également le pouvoir de se guérir. Après une longue marche, il retrouve un garçon qui l’appelle Joan. Ce dernier vit seul dans un village englouti par la neige. Il essaie de le nourrir mais Il ne le veut pas. Il accompagne le garçon dans sa recherche de bois pour se chauffer détruisant un peu plus les maisons. En effet, les habitants sont partis voilà cinq années en espérant trouver d’autres gens et de meilleures conditions. S’il ne les a pas accompagné, c’est que le loup l’a à chaque fois retenu. Le garçon s’est occupé des personnes âgées qui sont maintenant toutes décédées. Pour fuir sa solitude, il décide alors de partir même s’il sait que le voyage sera difficile. Après avoir préparé l’expédition, ils partent tous deux et découvrent des pierres marquées de flèches indiquant le chemin à suivre.

Dès les premières pages, To your eternity confirme tout son potentiel. On retrouve les traits du mangaka qui nous avaient enchantés. La nature et les paysages sont parfaitement retranscrits et dégage une atmosphère où le danger est omniprésent. On passe de l’univers enneigé à des forêts verdoyantes en suivant le parcours initiatique de Il.
En effet, c’est bien la sphère le « héros » de cette histoire. Ne vous attachez pas trop au jeune garçon de la couverture, il n’est qu’une des multiples rencontres de Il qui lui permettent d’évoluer et de changer de forme selon ses besoins. Par contre, le mystère demeure totalement concernant son origine et son objectif. Aucun indice n’est distillé pour l’instant dans ce premier volume. Il apprend petit à petit et meurt régulièrement ne sachant pas les besoins d’un corps vivant comme se nourrir, s’hydrater ou faire ses besoins.
A travers ce premier tome, le mangaka aborde une multitude de thèmes. Dans la première moitié, la mort rôde partout, la fin du garçon apparaît presque comme une évidente tragédie. Puis, IL rencontre March, une petite fille condamnée à être la victime d’un sacrifice. Son arrivée bouleverse totalement les traditions religieuses en sauvant la petite fille d’une mort affreuse.
En définitive, après ce premier tome, le verdict est sans appel, la série s’annonce comme un futur chef d’oeuvre grâce à ses qualités graphiques, sa narration et son scénario mystérieux qui réserve sans aucun doute de multiples rebondissements. Attention, même s’il s’agit d’un shônen, certains scènes sont susceptibles de choquer les plus jeunes. A ne conseiller qu’à partir de 13 ans.