Tenjin ou comment devenir pilote

par S Féranec

Le manga ne cessera de nous surprendre par la variété de sujets qu’il aborde. Ainsi, les éditions Kana en nous proposant une série sur l’aviation m’ont étonné à bien des égards. Tenjin, le dieu du ciel est une série de Tasuku Sugie qui adapte un roman de Yoichi Komori avec l’aide au story board de Muneaki Taoka.

Riku, encore enfant, admire son père pilote de chasse et espère un jour rencontrer Tenjin, le dieu qui gouverne le ciel. Tout bascule le jour où son père démissionne de son poste de pilote des forces aériennes d’auto-défense. En effet, il est accusé d’avoir abandonné son élève qui s’est écrasé et a blessé trois civils dans le crash de son avion.
En mai 2015, alors qu’il a maintenant 19 ans, Riku, avant de se rendre à la base de Hôfu-Kita où il est attendu le lendemain, va voir son oncle, pilote dans un show aérien. Ce dernier lui propose de l’accompagner dans le ciel. Riku y sent toute l’excitation et l’adrénaline d’un vol. Il est pourtant toujours touché par l’incident qui a coûté sa place à son père. Même s’il a lu les transcriptions de son père durant l’incident, il cherche des éclaircissements sur ce qu’il s’est réellement passé.
Le lendemain débute l’apprentissage de Riku pour devenir à son tour pilote des forces aériennes d’auto-défense.

Tenjin, le Dieu du ciel est vraiment une très belle surprise parmi les nombreuses publications de shônen. La progression du personnage demeure très classique pour un manga de ce type. Riku, plus doué pour la pratique que la théorie doit faire face à un jeune prodige, Hayari, qu’il souhaite rattraper et qui deviendra son ami. L’amitié tient une place importante entre les apprentis pilotes autour de Riku. Mais, Tenjin sort de l’ordinaire grâce à des graphismes de toute beauté. Le ciel y est retranscrit avec une certaine poésie donnant au lecteur le même vertige que le pilote. L’auteur ne cesse de nous épater par le découpage très dynamique de ses planches. De plus, la vitesse parfaitement décrite vous plonge dans l’univers des pilotes de chasse où le talent ne suffit pas pour réussir. Au contraire, les scènes au sol sont plus terre à terre en complète opposition à celles se déroulant dans le ciel.
Le scénario avance à très bon rythme car dès le second volume, le mystère concernant l’accident du père de Riku est levé. Nous pouvons alors vraiment passer à la suite des aventures du héros dans les forces d’auto-défense japonaises.

En définitive, Tenjin plaira sans aucun doute aux collégiens avec sa structure très classique et un héros au grand coeur.
Vous pouvez découvrir labande annonce et les premières pages de la série.