Courrier des miracles ou comment aborder la question du deuil

par S Féranec

Le petit éditeur Komikku réussit régulièrement à nous proposer des séries originales comme Arte ou encore Somalie et l’esprit de la forêt. Qu’en est-il du manga intitulé Courrier des miracles ? Ce court titre (en 3 volumes) publié en 2011 est l’oeuvre de Noboru Asahi.

Makoto, 17 ans, s’ennuie dans la routine de ses journées redoutant que cela dure toute sa vie. Il doit retrouver sa petite amie Amy qui refusera d’aller à la cantine. Puis ils iront acheter des gâteaux avant de faire un photomaton, rien d’original en soi… Le lendemain, il assiste à un combat inégal entre un corbeau et un pigeon. Il intervient en lançant quelques cailloux et finir par sauver le pigeon qui s’envole à son tour. Après cet événement, sa vie semble basculée : sa petite amie lui annonce que c’est fini entre eux. Le soir, sa sœur lui demande d’aller acheter du shampoing. Déconcentré par le pigeon qu’il a sauvé, Makoto a un terrible accident. Il se réveille dans un monde étrange où il retrouve l’oiseau qui lui parle et une personne couverte d’un drap. Il apprend qu’il est dans le coma et même mort à 99 %. Sa seule solution pour ressusciter, il va devoir travailler comme coursier des miracles.

Le manga Courrier des miracles nous entraîne dans un univers mêlant habilement genre fantastique et vie quotidienne. Si le pitch de départ n’est pas d’une originalité folle : un jeune qui meurt et doit trouver un moyen de revenir sur Terre (Cf Yuyu Hakusho). Les rencontres effectuées par Makoto pour remettre les courriers à des gens qui verront leur vie changer grâce à lui apportent un aspect philosophique bienvenu. Le rôle du courrier nous rappelle évidemment une série comme Letter bee mais dans un quotidien japonais très réaliste.
En ce qui concerne le personnage principal, on a droit à un héros à la psychologie travaillée. On ne comprend pas pourquoi il semble si blasé au début de l’histoire. Tout semble bien se passer dans sa vie : il a des amis au lycée et même une petite amie bien jolie, même sa vie de famille malgré la disparition de sa mère apparaît comme enviable. C’est dans l’adversité qu’on le découvre réellement à travers son travail pour distribuer le courrier.
Autre point très positif, les dessins. Ils sont d’une très belle qualité mais la narration reste très classique dans le découpage des cases. Seule la scène de l’accident présente une réalisation et un graphisme réellement intéressants et originaux. Toutefois, ce ne sont pas ces aspects qui font l’intérêt de ce manga.
En définitive, le manga Courrier des miracles est donc un titre à suivre en espérant qu’il remplisse son contrat, celui d’une courte série qui interroge le lecteur sur le sens de la vie et dont la fin ne nous décevra pas. C’est un titre à mettre en réseau avec le fabuleux film d’animation Colorful de Keiichi Hara.

Vous pouvez lire les 36 premières pages du manga pour vous faire un premier avis de cette série.